édito du Soleil Levant d'avril

Écrit par Jacques Delva
Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

paques01

« Lave-moi tout entier de ma faute, purifie-moi de mon offense » …….

 « Contre toi, et toi seul j’ai péché, ce qui est mal à tes yeux, je l’ai fait »

Nous voilà arrivés à mi-carême, et c’est avec le psaume 50 que nous l’avons entamé le mercredi des Cendres.  Il a fallu l’intervention du prophète Nathan, envoyé par Dieu, pour que le Roi David soit « éclairé » et prenne conscience de son péché.

Le pape Benoit XVI écrivait : « Lorsqu’il découvre Dieu, l’homme se reconnaît pécheur, et il ne se connaît véritablement que lorsqu’il admet ce fait ». C’est tout à fait paradoxal.  S’approcher de Dieu me fait réaliser que je suis pécheur. Plus je suis près de Dieu, plus je prends conscience de mon péché.   

Un peu comme la lumière du soleil levant éclaire la poussière invisible dans l’obscurité de la nuit.

Le célèbre écrivain Chesterton, nommé le « prince du paradoxe », écrivait que l’on reconnaît un saint au fait qu’il se sait pécheur.

Dans un premier temps, je vous propose cette introspection : en quoi suis-je pécheur ? Quelles sont les choses que je peux changer en moi ? Quels sont les pardons qu’il me faut demander ?

Je vous invite à lire dans un second temps le chapitre 13 de saint Jean qui se déroule au cours d’un repas (lavement des pieds) et se termine au chapitre 14/31 par cette phrase de Jésus : « Levez-vous et partons d’ici »

Verset 1 : Avant la fête de la Pâque, Jésus sachant que son heure était venue, l’heure de passer de ce monde au Père, lui, qui avait aimé les siens qui sont dans le monde, les aima jusqu’à l’extrême.          

Au cours d’un repas… Il commence à laver les pieds des disciples et à les essuyer avec le linge dont il était ceint.

Prenons le temps d’écouter les questions et la remarque de Pierre et les disciples, ainsi que les réponses et paroles de Jésus.

Verset 6 : « Ce que je fais, tu ne peux le savoir à présent, mais par la suite tu comprendras.»   

Verset 9 : « Alors, Seigneur, non pas seulement les pieds mais aussi les mains et la tête »  (N’y aurait-il pas aussi une prise de conscience de Pierre qu’il n’y a pas que ses pieds qui sont sales ?)   

Versets 22 et 24 : « Les disciples se regardaient les uns, les autres, se demandant de qui il parlait…….  Comme Judas tenait la bourse, quelques-uns pensèrent que Jésus lui avait dit d’acheter…. (Soulignons qu’on ne parle que de quelques-uns, mais cela nous dit comme le mal qui habite un homme peut parfois passer inaperçu).

Aujourd’hui, nous entendons parfois ces réflexions qui nous disent : « Mais si Dieu existe, pourquoi n’arrête-il pas le mal qui semble gagner du terrain dans ce monde? »                                                        

La réponse est dans la phrase de Saint Jean qui termine cet article.

Versets 36-37 : Simon Pierre lui dit : « Seigneur, où vas-tu ? » « Pourquoi ne puis-je te suivre tout de suite ? »

(Désolé Pierre, il faudra le chant du coq pour te rappeler que suivre le Christ nous met si souvent face à nos limites et fragilités plus tard, tu comprendras)

Nous pourrions continuer avec le chapitre 14 où Thomas et Philippe (versets 4 et 8) l’interpellent. Je souligne juste cette réponse de Jésus à Philippe « Je suis avec vous depuis si longtemps, et cependant Philippe, tu ne m’as pas reconnu. »

J’en arrive aux versets 30-31 : Jésus vient de parler de la venue de l’Esprit Saint qu’il enverra et annonce que le prince de ce monde vient, mais il vient, dit Jésus « afin que le monde sache que j’aime mon Père, que j’agis conformément à ce que le Père m’a prescrit » « Mais sur moi il n’a aucune emprise »

(Entre nous, quel imprudent, ce « malin », la croix lui rappellera à tout jamais et pour l’éternité que c’est lui qui a perdu le combat).

J’aimerais pour terminer cet article vous inviter à réfléchir ensemble sur ces passages de l’Evangile.

Au chapitre 16/17 : Certains de ses disciples se dirent alors entre-deux : « Qu’a-t-il voulu nous dire. » et au verset 18 : « Que signifie donc ce « UN PEU » « Nous ne comprenons pas ce qu’il veut nous dire. »  

Au verset 19 : Sachant qu’ils désiraient l’interroger, Jésus leur dit : « Vous cherchez entre vous le sens de ma parole. C’est fou ! Jésus devance nos désirs…. En même temps, n’est-ce pas aussi notre mission de chercher entre nous le sens de la Parole que Dieu nous adresse.

J’ai bien sûr, en écrivant cet article, fait des choix et des interprétations qui me sont propres.

Et comme le dit Saint Jean à la fin de son Evangile : « Le monde entier ne pourrait, je pense, contenir tous les livres qu’on écrirait sur Jésus. »

A partir du dimanche 14 avril (Dimanche des Rameaux), je vous invite à entrer dans la semaine Sainte, en vivant en, et avec l’Eglise, toutes les lectures et démarches qui vous seront proposées.

Jean 13/1 :« Lui, qui avait aimé les siens qui sont dans le monde, les aima jusqu’à l’extrême. »

                                                            Bon chemin vers Pâques.                            Abbé Jacques Delva