HAVINNES, un village de Tournai-Est.

|
Écrit par Pascal

Parus dans le Réjouis-toi de mars 2017

vue

Qu’est-ce qu’un village ? Une émotion.

Si, pendant près d’un siècle, Havinnes souffrit d’un long mou-vement d’exode pour atteindre son seuil minimum en 1961, depuis lors, de nouveaux habitants sont venus s’installer à la campagne. Cette lente et continuelle crois-sance s’est poursuivie jusqu’à nos jours. Ainsi, a-t-il retrouvé sa population d’avant 1900 : un peu plus de 1.250 habitants.
À partir de 1970, comme dans beaucoup de bourgs sans doute, le village se transforme. L’agriculture cède le pas à l’urba-nisation. Ici, des fermes se trou-vent reconverties en maisons, là, les champs et les prés rétrécissent pour faire place à de nombreuses constructions. Les routes s’élargis-sent, se bétonnent et l’éclairage pu- blic vient les décorer. Le vent de la ville souffle inexorablement sur sa campagne.
Et c’est ainsi que, par son axe principal surtout - son grand chemin - ses deux parties sont jointes désormais. Ses deux hameaux, naguère, étaient distincts l’un de l’autre, le premier étant blotti autour de son église et le second, autour de sa briqueterie. D’ail-leurs, le train les desservait sépa-rément ; deux arrêts sur la ligne de Tournai - Leuze aux lieux-dits : « Havinnes-gare » et « Havinnes-village ». Depuis lors, le train ne s’arrête plus, ni ici, ni là.

L’église qui le domine et son cimetière, les maisons, les prairies et les bois, mais surtout les relations qui se tissent entre ses habitants, Havinnes est, comme ailleurs, un lieu de vie et de mé-moire, un lieu d’une émotion née de l’harmonie entre le village et le site qui l’environne, entre ses rues et ses gens.
Successivement, Messieurs les curés, J. Delépier et J.P. Delattre, veillent à l’intégration des "néoru-raux". Avec les anciens et les nouveaux habitants, une autre vie prend forme. Des laïcs entourant leur curé participent désormais à la mission de l’Eglise locale : célé-bration des messes et des prières communes, célébration des autres sacrements. Ainsi, des bénévoles se glissent dans des activités parois-siales d’un genre nouveau : prépa-rer une célébration, assurer la caté-chèse, apporter une aide aux aînés mais aussi aux plus pauvres. Voilà plus de trente années déjà.

 

st benoit

Saint Benoît est une figure marquante de la chrétienté et sa règle fut adoptée par de nom-breuses communautés de moines, notamment celle de Tournai. Maints édifices lui sont dédiés. L’intercession à ce saint est liée à de multiples bienfaits qu’on lui reconnaît.

En l’église Saint-Amand, sa sta-tue ggrandeur nature est présente depuuiis s 1953 et fut offerte alors par une aan ncienne famille du village, les Marttin, en remerciement de la gué-risonn de leur fille Anne. Le sanc-tuairee possède un reliquaire de bron nzze, en forme de pignon de chap peelle. Sobre, il montre deux busteses d’anges soutenant des écus marqquués de la croix.

Depuis plus de septante années une messe solennelle est célèbrée en l'honneur de ce saint, le deuxième dimanche de juillet. Aujourd'hui encore, nombreux sont les fidèles à participer à la cérémonie à l'issue de laquelle la relique leur est présentée.

 

Croix de la Grisen un petit lieu de pèlerinage

croix de la grise

"Rayonne sur le monde
Qui cherche la vérité,
Ô Croix, source féconde
D’amour et de liberté … »

En 1961, Monsieur Gabriel Duquesne de la Vinelle fit planter une croix de 9 mètres au point le plus élevé du village. Suite à une promesse qu’il avait faite au cours de la Guerre 40-45 alors qu’il était chef de la résistance pour la région de Tournai, il posa ce geste comme un remerciement, comme un sym-bole de Mémoire pour les Anciens Combattants, Prisonniers et Résis-tants, et comme un appel, un signe pour tous et pour les générations futures.
En 2003, son fils Xavier offrit à la fabrique d’église deux chênes, abattus depuis plusieurs années, pour réaliser une nouvelle croix afin de remplacer la première qui s’était cassée, rongée en son pied par les intempéries.
Une inscription faite de lettres en bronze rappelle que ce calvaire fut béni le 29 octobre 1961 par Monseigneur Descamps. Sur les bas-côtés du socle octogonal, sont gravés les noms des huit villages dont on aperçoit le clocher de l’église.

 

A l’ombre de son église, l’école maternelle « Saint-Amand » vit en symbiose avec l’école primaire communale. C’est un lieu de vie condamné à la croissance, puisque même si les instituteurs y vieil-lissent, les enfants y croissent.

 

La bibliothèque, située à l’étage du bâtiment de l’école maternelle, est riche de plus de 8.000 ouvrages. Elle est tenue par un "ange", toujours à l’écoute de ceux qui se faufilent en son jardin de livres. Et si par hasard, ce que vous cherchez ne s’y trouve pas, adressez-vous à lui ; pour sûr, cet ange-là vous le réservera pour un peu plus tard.
La bibliothèque, ouverte deux fois par semaine, est fréquentée par de nombreux lecteurs, et pas seulement des Havinnois.

 

La chorale paroissiale « Saint-Amand », ouverte à tous ceux qui aiment chanter mais forte déjà de 30 choristes, anime les célébrations eucharistiques aux temps forts de l’année liturgique. Mais pas seulement. A la demande, elle est présente lors de mariages ou de funérailles.
En décembre dernier, un concert de Noël fut donné en l’église. « Vivre Noël par enchan-tement », tel a été le thème joué et chanté par la fanfare de Rame-croix et la chorale interparoissiale. La réussite de ce premier concert suivi par un public nombreux et ravi laisse augurer que d’autres suivront.

 

Située entre le travail de l’esprit et celui du corps, il y a une activité traditionnelle du début des vacan-ces d’été : le rallye vélo familial de 30 km. Ce rallye est proposé tant à ceux dont les mollets sont bien entraînés qu’à ceux dont les vélos prennent parfois la poussière de leur garage.

Le parcourt, accessible aux enfants, est ponctué d'érrêts pour faire des pauses tout en s'amusant. En fin de journée, des cadeaux sont offerts aux participants et un souper barbecue leur est proposé; peuvent les y rejoindre les amis et tous ceux qui veulent soutenir cette activité dont les bénéfices sont entièrement consacrés à la gestion du foyer Saint-Louis et à la fête de Noël organisée pour tous les enfants du village.

Les aînés ne sont pas oubliés puisque deux fois pas ans l'ACRF (Action chrétienne Rurale des Femmes) organise au foyer Saint-Louis un banquet et un goûter musical à leur intention.

 

L'ASBL "Foyer Saint-Louis - rencontres et loisirs" gère, en bon prère de famille, une ancienne maison pour rendre service aux gens du villages. Ce foyer est un lieu d'accueil et de retrouvailles qui vit au rythme soutenu des dêtes patronales, pour les enfants qui y sont choyés, pour les ainés tout heureux de se retrouvés, pour des réunions des services d'église mais aussi pour des réunions familiales.

 

Nous ne pouvons passer sous silence l'existence du club de football qui fête, cette année, ses trente années de vie. Avec ses 300 adhérents dont plus de 200 jeunes, l'association se donne pour mission première de permettre au plus grand nombre de s'initier à l'apprentissage du football en poursuivant les valeurs qu'elles s'imposen : respect, tolérance et convivialité.

 

Propos recueillis par un paroissien

 

 

 

 

Catégorie :