Curé

Chaque dimanche quelques mots... (4)

|
Écrit par Krzysztof Nowak

Les temps sont-ils accomplis encore et toujours ?

Les temps sont accomplis :
le règne de Dieu est tout proche.
Convertissez-vous
et croyez à l’Évangile.

En 2018 entendre Jésus dire : les temps sont accomplis, est assez irréalistes. Supposons que le présent de cette phrase est le présent de Jésus. Donc, au temps de Jésus les temps sont accomplis. Alors, posons-nous la question : dans quels temps vivons-nous ? Vivons-nous aujourd’hui encore et toujours dans les temps accomplis ? Vivre dans les temps accomplis est assez original. Comme vivre dans les temps parfaits, dans les temps qui n’ont besoin de rien pour se réaliser, dans les temps complets. Les temps accomplis peuvent nous donner l’idée de l’éternité, l'idée d'une vie pour toujours.
Mais il y a encore une autre réponse à la question dans quel temps vivons-nous ? N’est-ce pas les temps nouveaux ? Les temps qui permettent de reprendre sa vie à nouveau, de recommencer, de pardonner, d’être pardonner, de vivre une nouvelle vie.

Chacune de ces réponses ouvre devant nous des perspectives remplies d’espérance.
Les temps sont accomplis, affirme Jésus. Dans ces temps accomplis, sa vie s’accomplira. Sa vie semblable à la notre avec ses joies et ses peines. Dans ce sens, le règne de Dieu est tout proche.

Cible

Vivons-nous dans ces temps accomplis ? Alors, notre vie s’y accomplira aussi. Notre vie semblable à la vie de Jésus, au moins ce que nous le souhaitons.

Vivons-nous dans les temps nouveaux ? Alors, ces temps nouveaux nous donnent une nouvelle vie. Une vie que la haine, les trahisons, les calomnies n’arrêtent pas. Une vie qui passe plus loin grâce aux pardons. Une vie semblable à celle de Jésus.
Nous souhaitons, nous désirons que notre vie ressemble à celle de Jésus, mais nous ne sommes pas à l’abri des erreurs. Il nous arrive de “rater la cible” de “faire des erreurs de visée”.
Ces expressions rendent la parole de Jésus “convertissez-vous et croyez à l’Évangile” plus facile à entendre. Et il n’est pas question de cultiver l’autoflagellation, de se mortifier, de se mépriser dans une culpabilité stérile. Quand on rate la cible on pose son regard à nouveau pour mieux viser. Quand on fait l’erreur de visée, on vérifie son attitude, sa position, sa concentration. En un mot, se convertir est une prise de conscience qui rend plus vigilants, plus libre et mieux préparer pour gérer les temps nouveaux de notre vie.