Curé

Sur la route : Ni juge ni arbitre

|
Écrit par Krzysztof Nowak

Mandat de Jésus ( Lc 12,13-21)

Sans titre

Jésus n'est ni juge ni arbitre, mais celui qui appelle 

Pour bien comprendre la réponse de Jésus à celui  qui l'interpelle : "dis à mon frère de partager avec moi notre héritag. ( Lc 12,13) il peut être utile d'avancer dans la lecture jusqu'à la fin de l'évangile et entendre Jésus parler d'une "veuve misérable" qui a déposé dans le Trésor du Temple "deux petites pièces de monnaie". À son sujet Jésus a dit :  "En vérité, je vous le dis : cette pauvre veuve a mis plus que tous les autres. Car tous ceux-là, pour faire leur offrande, ont pris sur leur superflu, mais elle, elle a pris sur son indigence : elle a mis tout ce qu’elle avait pour vivre." (Lc 21,3-4).

Ainsi l'avidité déguisée en prévoyance  et bonne gestion est démasquée.

Jésus n'a pas de mandat de juge ni d'arbitre des partages : "qui donc m’a établi pour être votre juge ou l’arbitre de vos partages ? (Lc 12,14). Son mandat est d'appeler des pécheurs, pour qu'ils se convertissent, il n'est pas envoyé pour appeler les justes ( Lc 5,32). Les justes n'ont pas besoin de Jésus, nous pouvons le constater encore aujourd'hui. Les justes n'ont pas besoin d'aide, ils aident les autres en leur donnant leur superflu. Ils leur donnent le temps qui leur reste, l'argent qui calme leur conscience, les vivres qu'ils n'achèteront pas pour eux-mêmes, les vieux vêtements, les vieux meubles, ils leur donnent des restes, tout ce qu'ils ont de trop, ce dont ils n'ont plus besoin...

Les pécheurs ont besoin d'aide, celle de Dieu d'abord. Celle des autres ensuite... Ils ont besoin d'un Dieu qui partage avec eux sa vie, ils ont besoin des autres, qui comme Dieu...

Essayer de charger Jésus d'un autre mandat que celui qu'il a reçu de son Père est déjà un signe d'avidité. De ce genre d'avidité qui place son intérêt avant tout ,avant Dieu aussi. Essayer de trouver un juge ou un arbitre contre son frère est un autre signe d'avidité. De ce genre d'avidité qui place sa personne avant toute relation.

Le mandat de Jésus est d'appeler ceux qui ont besoin de lui et de partager avec eux sa vie. Si simple que ça ?

Il y en a qui ont bien compris ce mandat de Jésus. Parmi eux, François d'Assise, qui n'aidait pas les pauvres mais il est devenu pauvre pour partager leur vie. Cela n'est pas simple, comme il n'est pas simple de bien comprendre Jésus.